Francis Giauque (1934~1965)

B05.tif

angoisse compagne fidèle

te voici revenue

d’ailleurs tu ne m’as jamais quitté…

quelques jours de trêve pour me redonner courage

le temps d’un espoir insensé

d’un oubli dérisoire

puis la chute verticale

l’égarement le cœur qui s’appesantit comme une horloge de plomb

te voici revenue

plus lancinante plus despotique que jamais

angoisse scellée par le néant

chacal toujours affamé

abattu sur le cadavre de mes jours.

(Prêles, 24 juin matin 6h 1/2)

Laisser un commentaire